Votre mairie / Actualités / circulation de l'influenza aviaire dans la faune sauvage

circulation de l'influenza aviaire dans la faune sauvage

 Mesures de lutte contre l’influenza aviaire applicables aux particuliers

Contexte épidémiologique

L’influenza aviaire est une maladie des oiseaux due à un virus qui provoque des pertes

considérables en élevage et qui compromet les possibilités d’exportation des oiseaux ou des

œufs à couver. Cette maladie peut mettre en péril la totalité de la filière avicole française.

Lors de l’épizootie 2021-2022 ce sont ainsi près de 20 millions de volailles qui ont du être

détruites.

Le virus est habituellement véhiculé par les oiseaux migrateurs lors des migrations

automnales. Cette année la maladie est apparue dès l’été et les analyses ont montré son

installation dans l’avifaune locale résidente. Les basses-cours peuvent servir de relais entre

l’avifaune sauvage et le compartiment d’élevage. Les mesures de lutte ont été adaptées pour

tenir compte de cette situation nouvelle. Des mesures de biosécurité renforcées pour

prévenir l’introduction dans les élevages, des contrôles pour détecter sa présence le plus tôt

possible et des mesures de police sanitaire pour limiter la diffusion à partir des foyers.

Au 15 novembre 2021 24 pays européens ont déclarés des foyers en élevage. La France

recense 49 foyers dans une quinzaine de départements du Grand-Ouest dont trois dans les Côtes-d’Armor sur les communes de MERILLAC, HILION et SAINT-JUVAT.



Mesures applicables dans toutes les communes du département

Depuis le 8 novembre le niveau de risque a été porté au niveau « élevé » sur l’ensemble du

territoire métropolitain.

• Tout détenteur de volaille doit se déclarer en mairie

• Les mesures de biosécurité sont renforcées. Notamment, les volailles de basses-cours

sont maintenues en claustration ou protégées sous des filets pour éviter tout contact

avec des oiseaux sauvages

• Chaque détenteur procède à une surveillance de ses oiseaux pour déceler l'apparition

de symptômes de maladie ou la présence de cadavres de volailles et autres oiseaux

captifs. Il déclare sans délai au vétérinaire sanitaire tout comportement anormal et

inexpliqué des oiseaux ou tout signe de présence du virus de d'influenza aviaire

hautement pathogène.

• Les rassemblements d’oiseaux organisés à l’occasion des foires, marchés, expositions,

concours ou diverses démonstrations publiques et la participation de certains oiseaux

à des rassemblements peuvent être interdits Les mesures particulières relatives aux appelants pour la chasse au gibier d'eau sont précisées à l’article 8 de l’arrêté ministériel du 16 mars 2016 relatif aux niveaux du risque épizootique en raison de l’infection de l’avifaune par un virus de l’influenza aviaire hautement pathogène et aux dispositifs associés de surveillance et de

prévention chez les volailles et autres oiseaux captifs.

• les compétitions de pigeons voyageurs sont interdites



.